Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Imaginarium du Dr Cinéma

L'Imaginarium du Dr Cinéma

Coups de coeur et coups de gueule, l'Imaginarium se veut le reflet du cinéma que j’aime. Bienvenue dans un monde qui défile en 24 images par seconde !


Monty Python

Publié par Imaginarium du Dr Cinéma sur 10 Juillet 2015, 12:20pm

Catégories : #Dossiers

Monty Python

Cinq dates qui changèrent le sens du mot absurde…

 

Le 12 août 2015 sortira au cinéma Absolutely Anything co-scénarisé par Gavin Scott (Small Soldiers), réalisé par Terry Jones, avec au casting Simon Pegg, Kate Beckinsale ainsi que les voix de Robin Williams, Terry Gilliam, John Cleese, Eric Idle, Michael Palin et Terry Jones… Bref, Terry Jones a réuni l’ensemble de ses ex-compagnons encore vivants. Souhaitons que la fée Python se soit penchée sur le berceau de ce film intriguant et lui ait insufflé un peu de la magie des 6 anglais qui ont changé le sens du mot absurde… Pour patienter, offrons-nous-un petit voyage dans le passé, avec 5 dates incontournables de la carrière des Pythons !

Monty Python

 

1969 – Flying Circus

 

Flying Circus ou la naissance des Python. Réunis par la BBC, (Palin, Jones, Idle et Gilliam avaient travaillé sur Do Not Adjust Your Set et Cleese et Chapman dans At Last The 1948 Show) les Monty Python vont faire trembler les zygomatiques des sujets de sa majesté tous les soirs durant 4 ans. Six hommes très différents, qui vont travailler par binômes, ou presque. Cleese et Chapman ensemble, idem pour Jones et Palin, tandis qu’Idle et Gilliam travaillent seuls. Puis le groupe confronte ses idées et décide à la majorité ce qui est conservé ou qui ne l’est pas. Le tout étant bien sûr relié par les animations de Terry Gilliam… Précurseur de l’humour moderne, Flying Circus, monument du non-sens, brille par son intelligence, son inventivité et son absurdité. L’hilarant « The Parrot Sketch », « Spanish Inquisition », « Lumberjack Song » ou « Argument Clinic », sans oublier « Ministry of Silly Walks », sont autant de sketchs qui sont entrée dans l’histoire de la télévision. En 4 saisons et 45 épisodes de 30 minutes, les Monty Python on redéfinit le sens du mot humour, se sont attaqués à la religion, à l’armée, au sexe, à la politique, à toutes les absurdités d’une époque avec humour et férocité. Ils ont voulu inventer un humour indéfinissable, raté, car aujourd’hui le terme Pythonesque est entré dans le dictionnaire anglais.

 

Monty Python

 

1975 – Sacré Graal
 
Réalisé par Terry Jones et Terry Gilliam
Avec Graham Chapman, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle, Terry Jones, Michael Palin

 

Synopsis :

Revisitée par les Monty Python, la légende du roi Arthur et des chevaliers de la Table ronde vaut son pesant de noix de coco. Brillant et déjanté, ce sommet de l’humour absurde n’a pas pris une ride.

 

Le film :

Film culte, totalement absurde, des chevaliers du « Ni » au lapin de Troie en passant par le Chevalier noir ou l’affrontement avec les français, les séquences mythiques s’enchaînent, le non-sens est roi au pays des Pythons. Et puis Sacré Graal c’est un vrai scénario écrit par les 6 Python, et on pas une succession de sketchs comme leur précédent film And Now For Something Completely Different , composé d’une sélection des meilleurs sketchs de la saison 1 du Flying Circus. Malgré tout le tournage ne fut pas un conte de fée, faible budget, pluie, mésentente entre Gilliam et Jones à la réalisation, l’alcoolisme de Chapman… Mais le résultat est là, totalement loufoque et complètement différent comme toujours chez les Pythons, absurde et génial à la fois. Avec Sacré Graal le cinéma comique a trouvé (faute du Graal) l’un de ses rois.

 

Monty Python

 

1979 - La vie de Brian (Life of Brian)
 
Réalisé par Terry Jones
Avec Graham Chapman, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle, Terry Jones, Michael Palin

 

Synopsis :

En l'an 0, en terre de Galilée, Mandy et son bébé Brian reçoivent la visite des Rois Mages un beau soir de décembre. Ceux-ci, s'apercevant de leur erreur, remballent prestement leurs présents et filent dans l'étable voisine. Hélas, Brian a tiré le mauvais numéro...


Le film :

Moins culte mais plus drôle que Sacré Graal, La vie de Brian est peut-être le film le plus réussi des Python. Entre l’inégal mais cultissime « Sacré Graal », film fauché bourré d’énergie et d’inventivité et « Le Sens de la vie », qui malgré certaines des séquences les plus drôles de la carrière des Monty Pythons retombe un peu dans leurs travers précédents avec une succession de sketchs qui ne reposent pas toujours sur un scénario solide, les Python ont réalisé le film parfait, La vie de Brian. Humour absurde, satire féroce, scénario intelligent qui réussit le tour de force de détourner l’évangile sans tomber non plus dans l’irrévérence. La religion et la politique passées à la moulinette des Monty Python qui dénoncent ici l’hypocrisie et la crédulité de l’être humain, un film culte et corrosif produit par le Beatles George Harrison. Impossible de terminer ces quelques lignes sans vous offrir la chanson du film… « Always look on the bright side of life »

 

 

 

 

Monty Python

 

1983 – Le Sens de la vie (The Meaning of Life)
 
Réalisé par Terry Jones
Avec Graham Chapman, John Cleese, Terry Gilliam, Eric Idle, Terry Jones, Michael Palin

 

Synopsis :

Il a fallu six jour à Dieu pour créer le paradis et la terre... et 90 minutes aux Monty Python pour tout anéantir. John Cleese, Graham Chapman, Terry Jones, Eric Idle, Terry Gilliam et Michael Palin ont souhaité nous expliquer le sens de la vie. Ils nous offrent de savoureux sketches autour du sexe, des ravages de la guerre, du miracle de la naissance et aussi un avant-goût de ce qui nous attend au paradis... Vous ne verrez plus la vie (ni la mort) de la même façon.

 

Le film :

4 ans après avoir réalisé La Vie de Brian, Les Monty Python revienne sur grand écran avec l’inégal mais jouissif Le Sens de la vie.  Succession de sketchs qui ne reposent malheureusement pas toujours sur un scénario solide, Le Sens de la vie souffre un peu de l’envie de chaque Python de retrouver son indépendance après presque 20 ans d’histoire commune. Le résultat est donc moins homogène que leurs œuvres précédentes, mais le génie comique et la liberté de ton de la troupe britannique sont toujours bien présent, saupoudré ici d’une touche de cynisme et d’une pointe de philosophie. L’on trouve dans ce joyeux fourre-tout de véritables pépites comme Every Sperm is Sacred ou le don d’organes sans oublier le court-métrage de Terry Gilliam, Les Assurances Crimson qui précède le film. Et puis rappelez-vous la mort explosive de Mr. Creosote, l’une des scènes mythiques du Sens de la vie. Après s’être goinfré, empiffré puis avoir vomit une bonne partie de son repas, Mr. Creosote accepte le petit biscuit de trop... C'est énorme, comme l'ensemble du film, mais tellement drôle.

 

Entre la qualité des chansons d’Eric Idle, le génie de Gilliam, la folie et le talent d’écriture des Pythons difficile de faire la fine mouche devant Le Sens de La vie qui a d’ailleurs été récompensé en 1983 par le Grand Prix Spécial du Jury au Festival de Cannes. Le dernier film commun des Monty Python est une œuvre sombre et impertinente, une réflexion hilarante sur la vie et la mort dont on pardonne facilement les quelques faiblesses… Pour les Python la vie est une vaste farce, et ils nous la racontent avec ce qui pourrait être un épisode géant des Flying Circus... bref la boucle est bouclée ! Tous avec moi : Every sperm is sacred, every sperm is great, if a sperm is wasted, god gets quite irate.

 

Monty Python

 

2014 - Monty Python Live (Mostly) : One Down, Five To Go

 

Que reste-il des Monty Python ? Plus de 30 ans après leur séparation, la troupe anglaise s’est donc reformée pour une ultime tournée d’adieu intitulée One down, five to go (un de parti, cinq sur le départ) un titre hommage à Graham Chapman, le sixième Python disparu en 1989. Pour les 5 autres, il a fallu prouver qu’à 70 ans bien tassé, ils sont toujours aussi drôles. Proche du show de l’Hollywood Bowl de 1982 par sa construction : succession des sketchs mythiques du groupe, de Dead Parrot à The Spanish Inquisition, entrecoupés d’extraits des Flying Circus sur des décors de Terry Gilliam et rythmé par de rafraichissants intermèdes musicaux très Broadway (La touche Eric Idle... et également un bon moyen pour les 5 Python de souffler quelques instants...), le spectacle est un cadeau pour les fans. Parfaitement calibré, certes, parfois trop (on aurait aimé un peu plus de folie mais tous n’ont pas la patate d’un Gilliam qui saute et court encore sur scène comme un gamin), le show de plus de deux heures se déroule dans une ambiance survolté ! Une soirée de communion entre fans d’un humour absurde qui a changé la face du monde venus recevoir un présent encore inespéré il y a quelques mois. Alors certes les Monty Python ont vieillis, mais leur humour lui n’a pas pris une ride.

 

Monty Python

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents