Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Imaginarium du Dr Cinéma

L'Imaginarium du Dr Cinéma

Coups de coeur et coups de gueule, l'Imaginarium se veut le reflet du cinéma que j’aime. Bienvenue dans un monde qui défile en 24 images par seconde !


The Cloverfield Paradox

Publié par Imaginarium du Dr Cinéma sur 8 Février 2018, 10:30am

Catégories : #Netflix, #Plaisirs coupables

The Cloverfield Paradox
Réalisé par Julius Onah
Avec : Elisabeth Debicki, Gugu Mbatha-Raw, Daniel Brühl, Chris O'Dowd
Durée : 1h42
Genre : Dans l'espace, une fois de plus, personne ne vous entendra crier...

Date de sortie Netflix : Le 4 février 2018
The Cloverfield Paradox

Synopsis :

Après un accident avec un accélérateur à particules, une station spatiale américaine découvre que la Terre a disparu. Les résidents de la station vont alors être confrontés à l'étrange présence d'une autre station spatiale tout près de leur position.

The Cloverfield Paradox

The Cloverfield Paradox c'est d'abord un énorme coup de pub pour Netflix, qui, une fois de plus, secoue le paysage cinématographique en nous proposant un blockbuster à 40 millions de dollars prévu initialement pour le grand écran directement sur leur plateforme, du jour au lendemain... (et bam !) Bien sûr une question se posait avant de découvrir le film, vrai bon coup marketing ou récupération d'un film dont la qualité l'aurait condamné à une sortie en dtv... ??? Malheureusement au vu du résultat, on comprend pourquoi Paramount à cédé son film à Netflix. Alors non, tout n'est pas à jeter, c'est visuellement soigné, la réalisation est correct et parfois le film est même divertissant. Mais c'est le plus faible et de très loin, de l'univers Cloverfield. Comme 10 Cloverfield Lane, le précédent opus, huit clos étouffant et efficace de Dan Trachtenberg, The Cloverfield Paradox n'était pas à l'origine amené à être rattaché à la franchise... et contrairement à 10 Cloverfield Lane, ici les ficelles se voient... ce n'est même pas un forceps mais un burin que les scénaristes ont dû utiliser pour relier la petite série B à l'univers Cloverfield. J.J. Abrams, le producteur, explique d'ailleurs que les scènes se déroulant sur terre (qui n'apporte rien...) ont été rajoutés après les projections tests...

The Cloverfield Paradox

Bref, à la base il y a un scénario qui pille Alien, 2001, Interstellar, Sunshine etc..., trituré dans tous les sens pour le rattacher à Cloverfield, des personnages sans vraiment d'épaisseur malgré de très bons acteurs... quelques scènes sympathiques, quelques scènes ratés (je ris encore en pensant au bras...), et au fond un regret, fallait-il à tout pris vouloir relier cette petite série B au Cloverfield Universe. Sans doute pas... Ceci dit sans attentes particulières le film peut s'apprécier tranquillement dans son canapé, le cerveau sur les genoux... mais franchement il y a bien mieux à découvrir sur Netflix. J'en profite pour vous conseiller la série The Expense, sans doute l'une des meilleures séries de SF depuis Battlestar Galactica, en attendant Overlord, le quatrième volet de la saga Cloverfield qui se déroulera cette fois-ci… lors de la seconde guerre mondiale.

Bande-annonce :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents