Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Imaginarium du Dr Cinéma

L'Imaginarium du Dr Cinéma

Coups de coeur et coups de gueule, l'Imaginarium se veut le reflet du cinéma que j’aime. Bienvenue dans un monde qui défile en 24 images par seconde !


J’ai rencontré John McClane

Publié par Imaginarium du Dr Cinéma sur 6 Juin 2012, 12:00pm

Catégories : #"J'ai rencontré..." - petites nouvelles incongrues

   
John-McClane.jpg

J'ai rencontré John McClane…


… à New York, le 24 décembre vers 21h, dans un Starbucks Coffee en face du quartier général de la « New York City Police Department ». Il buvait un Espresso Con Panna. Je l’ai reconnu tout de suite, son marcel déchiré, son regard hagard, la poussière dans ses cheveux et le sang sur son visage. Je me suis approché, il pleurait… Je lui ai offert un Espresso Macchiato. Il m’a dit « Yippie-Kay-yee merci », je lui ai répondu « de rien cow-boy », il m’a raconté sa triste histoire.  

Ce matin, Holly, sa femme, lui rappelle qu’il doit ramener du pain pour le repas de Noël. John McClane sort direction la boulangerie, mais, au coin de la rue, il croise deux hommes en fuite, cagoulés et armés au volant d’une voiture volée. Sans hésiter John se met à leur poursuite, traverse la ville en moins de 58 minutes… Les deux hommes réussissent à s’enfuir à bord d’un avion de touristes, mais John s'accroche aux roues lors du décollage, et rentre alors dans la soute, puis dans la cabine… trop tard,  les deux malfrats ont déjà fui en parachute au-dessus du Mexique… McClaine pose l’avion dans la jungle, où il est fait prisonnier par un cartel Mexicain et torturé, mais grâce à son Beretta caché dans son slip il parvient à s'enfuir, retrouve les deux truands à Mexico, et les met hors d’état de nuire en tirant sur un dépôt de dynamite pour les stopper, dépôt qui détruit tout un quartier de la ville en explosant. Finalement il est rapatrié aux USA par un jet de la CIA… mais, trop tard, toutes les boulangeries sont fermées, soir de Noël oblige...

Entre les tasses de café et les paquets de cigarettes, le petit porte-monnaie Hello Kitty que lui a donné sa femme ce matin, avec l’argent pour le pain... Je décide alors de l’aider. Ni une ni deux nous nous dirigeons vers la boulangerie. Le rideau est fermé mais il y a de la lumière à l’étage. Je sonne, le boulanger ouvre, John lui braque un révolver sur le front et l’entraîne vers le four. Moi, armé d’un pistolet mitrailleur je tiens en joue le reste de la famille rassemblée autour de la dinde dans le salon. Alors que le boulanger pétrit la pâte, John et moi invitons la famille à continuer le repas, nous en profitons pour goûter la dinde succulente, et pour nous excuser pour le petit Mike que j’ai tué accidentellement en entrant, je n’ai pas l’habitude des armes à feu et la gâchette de mon pistolet mitrailleur est plus sensible que je ne le pensais. Pour montrer notre bonne volonté nous donnons même un coup de main pour nettoyer la cervelle qui s’est répandue sur le mur. Une fois le pain cuit nous embrassons tous les membres vivants de la famille et John peut enfin rentrer chez lui avec son pain tout chaud… mission accomplie.  

Pour me remercier de mon aide lors de cette journée en enfer, John m’offre un vase de cristal, mais alors qu’il s’apprête à repartir chez lui, une camionnette s’arrête et trois hommes se saisissent de moi et m’enlèvent sous son nez ! John, sans hésiter, se lance à leur poursuite,  mais ça... c’est une autre histoire !



Texte : Erwan Darbellay - Illustration : Yannick Darbellay

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents