Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Imaginarium du Dr Cinéma

L'Imaginarium du Dr Cinéma

Coups de coeur et coups de gueule, l'Imaginarium se veut le reflet du cinéma que j’aime. Bienvenue dans un monde qui défile en 24 images par seconde !


J'ai rencontré Léon

Publié par Imaginariumdudocteurcinema sur 21 Juin 2011, 08:30am

Catégories : #"J'ai rencontré..." - petites nouvelles incongrues

 

 

Leon--The-Professional-luc-besson-77130_1024_768.jpg

 

 

 

 J’ai rencontré Léon…

 

…un soir d’octobre,  à Bruxelles. Il mangeait des moules frites dans un restaurant du centre-ville. Je l’ai reconnu tout de suite. Son bonnet, ses lunettes de soleil, son manteau crasseux et son regard de professionnel.  Je me suis approché, il pleurait… Je lui ai offert des moules marinières. Il m’a raconté sa triste histoire…

 

Comme tous les "nettoyeurs" New-Yorkais, il avait recueilli une orpheline, la sienne s'appelait Lucette. Elle s'occupait de la vaisselle, de la poussière, des plantes, lavait ses vêtements, lui tricotait des bonnets et prenait soin de son arme. Elle n'avait pas son pareil pour entretenir son pistolet, le faire briller, elle adorait nettoyer et caresser la crosse, graisser et huiler les mécanismes, puis, jouer avec comme une grande. Mais voilà, un jour, elle oublia de vérifier si l'arme était chargée. Le coup parti accidentellement, une balle lui traversa le crâne et la tua sur le coup. Depuis Léon restait inconsolable, il s'était attaché à elle, et, malgré Mathilda, sa nouvelle orpheline, il n'arrivait pas à oublier Lucette. Il avait même conservé le corps caché dans le congélateur du restaurant de son ami Tony.


Sur le comptoir, entre les assiettes de moules frites, moules marinières, ou moules à la crême, une photo de Lucette reposant dans le fond du congélateur, un sourire figé sur son visage crispé entouré de sticks de poisson et de steacks hachés. Alors je décidais d'aider Léon et je l'emmenais chez un taxidermiste afin de faire empailler celle qui avait amené de la chaleur dans sa triste vie d'assassin. 

 

Pour me remercier de mon aide, Léon promit de refuser tout contrat me concernant, mais quelques mois plus tard, je l'aperçus tenant un fusil à lunettes au sommet d'un building, et là, les choses se passèrent différemment… mais ça, c’est une autre histoire !

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents