Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Imaginarium du Dr Cinéma

L'Imaginarium du Dr Cinéma

Coups de coeur et coups de gueule, l'Imaginarium se veut le reflet du cinéma que j’aime. Bienvenue dans un monde qui défile en 24 images par seconde !


J'ai rencontré Shrek

Publié par Imaginarium du Dr Cinéma sur 4 Avril 2013, 12:39pm

Catégories : #"J'ai rencontré..." - petites nouvelles incongrues

  
shrek-copie-1.jpg



J’ai rencontré Shrek…

…un soir d’hiver, dans une taverne isolée au fond d’une sombre clairière aux frontières du Royaume de Fort Fort Lointain… Il mangeait des sushis thon. Je l’ai reconnu tout de suite. Son teint verdâtre, les champignons qui couraient le long de son cou jusqu’aux extrémités de sa bouche, son haleine fétide et son odeur de cadavre fraîchement déterré (et je m’y connais). Je me suis approché, il pleurait… Je lui ai offert des sushis tartare de saumon ciboulette. Il m’a raconté sa triste histoire…
    
Depuis ses dernières aventures, il vivait heureux dans son marais avec Fiona et ses 3 enfants, tout allait pour le mieux, mais, malheureusement, un drame avait éclaté la semaine dernière. L’âne, qui était naturellement végétarien, harcelait Fiona depuis longtemps pour qu’elle impose le végétarisme à sa petite famille. L’âne étant persuasif (et fatigant), la princesse décida de tenter le coup malgré l’amour des ogres pour la viande… Elle se lança alors dans l’installation d’un jardin potager derrière la maison. Mais après quelques coups de bêche, elle tomba sur un crâne d’enfant... puis sur un second... un troisième… Elle savait bien sûr que le passé d’ogre solitaire de son cher et tendre était émaillé de quelques zones d'ombre, mais il lui avait promis que jamais au grand jamais il n’avait mangé d’humains. Shrek, en larmes, dut alors lui avouer que oui, il avait bien englouti quelques bambins dans sa jeunesse... Mais que par amour pour elle il avait arrêté, promis, juré. Choquée, elle avait fait ses valises et s'était réfugiée à l’hôtel avec les enfants, les bagages, l’Ane et le Chat Potté. Cela faisait une semaine qu’il était seul, triste, et qu’il cherchait à se faire pardonner.

Sur la table en bois de chêne, entre les morceaux de riz et les traces de thon, quelques cafards et une photo, celle des jours heureux où Shrek posait fièrement entouré de toute sa petite famille. Alors je décidai de l’aider. J’invitai Fiona à un déjeuner de réconciliation. Et je lui préparai le fameux rôti d’enfants de la grand-mère de Shrek, avec un petit garçon et une petite fille perdus que j’avais attrapé dans la forêt grâce à des mies de pain jetées sur le sol qui m'avaient intrigué et guidé jusqu’aux enfants. Si besoin, voici d’ailleurs la recette de mémé Shrek :

F
aire fondre du beurre dans une cocotte minute, y faire dorer un ou deux enfant bien dodus de toutes parts, puis ajouter de l'oignon émincé, du sel et du poivre. Délayer dans un bol du fond de veau, des herbes, du basilic, du vin blanc et 1 verre d'eau. Verser ce mélange dans la cocotte, ainsi que des champignons égouttés et remuer. Fermer la cocotte et laisser chuchoter environ 30 min par kg. La recette est simple et le résultat succulent.

Bien sûr nous attendîmes que Fiona se soit régalée pour lui révéler les ingrédients du plat. Surprise mais enchantée du repas, elle pardonna à son mari, revint à la maison, abandonna ses envies de végétarisme, et pour fêter leur réconciliation les deux amoureux éventrèrent l’âne, le firent cuire à la broche et offrirent à tous leurs amis un grand festin. Depuis ils n’ont jamais été aussi heureux, et les affiches de disparitions d’enfants fleurissent sur les arbres comme autant de symboles de leur amour.

Pour me remercier de mon aide, Shrek m’offrit un doggy bag contenant une succulente portion de son formidable rôti d’enfants. Mais quelques mois plus tard, alors que je cherchais en vain la sortie du royaume de Fort Fort Lointain je croisais à nouveau Shrek, très en colère. Il venait d’apprendre que durant son séjour à l’hôtel, sa femme avait eu une aventure avec le chat Potté, et il était à la poursuite de l’animal afin de lui broyer les os un par un… mais ça, c’est une autre histoire !  

 
Texte : Erwan Darbellay - Illustration : Yannick Darbellay

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents