Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Imaginarium du Dr Cinéma

L'Imaginarium du Dr Cinéma

Coups de coeur et coups de gueule, l'Imaginarium se veut le reflet du cinéma que j’aime. Bienvenue dans un monde qui défile en 24 images par seconde !


Rencontre avec Albert Dupontel

Publié par Imaginarium du Dr Cinéma sur 21 Octobre 2013, 12:14pm

Catégories : #Actualité



21041345_20130918124028285_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q.jpg

Albert Dupontel, réalisateur burlesque et attachant, petit frère français de Terry Gilliam, nous a reçu à l’occasion de la sortie de « 9 mois ferme », son formidable nouveau film en salle depuis le 16 octobre. Compte-rendu d’une discussion passionnante en compagnie d’Albert Dupontel, de Fred Teper des Chroniques de Cliffhanger et de Christopher de Oblikon pour parler de son film, de cinéma, de télévision, de Woody Allen, du Japon et de Terry Gilliam bien sûr !


Les chroniques de Cliffhanger :
Pas trop d’appréhension au moment de la sortie du film ?


Albert Dupontel : Un peu de résignation, ça nous échappe, c’est comme un ado qui quitte la maison ! On a un peu d’appréhension sur ce qu’il va devenir mais ça ne nous appartient plus !

Les chroniques de Cliffhanger :
Est-ce que vous avez écrit le rôle de la juge pour Sandrine Kiberlain ?

Albert Dupontel : Pas du tout! J’avais commencé le film pour le faire en anglais avec Emma Thompson, on avait commencé des pourparlers, des débuts de répétitions mais le projet ne s’est pas fait comme prévu, c’était compliqué, je suis revenu en France, j’ai vu d’autres actrices auxquelles je pensais, mais je ne trouvais pas ma juge bref ça a pris plusieurs mois et en mai 2012 exactement j’ai dit à la productrice "je laisse tomber , je ne trouve pas ce que je veux" et elle m’a dit "Sandrine l’a lu" par je ne sais quel biais et elle voulait me rencontrer mais je ne vous cache pas que j’étais parti en me disant pourquoi pas,  mais sans réelle conviction et j’ai dit à Sandrine "on va faire des essais"! Donc on a fait des essais et la scène c’était l’auto-jugement du ventre quand elle accuse ce pauvre Bob Nolan de tous les faits divers depuis dix ans dans un moment de colère, et Sandrine au-delà de son talent d’actrice, ce qui ressortait très fort c’est ce qu’elle dégageait, car la caméra ne s’intéresse qu’à ce qui vous échappe, et donc son humanité, sa tendresse, son émotion… Parce qu’en fait bizarrement elle n’a pas de rôles comiques à jouer, elle est dans un registre purement dramatique et voilà c’était parfait, elle a fait la soudure avec tout ce que je cherchais. Il a fallu que je la filme pour m’en rendre compte ce qui en dit long sur mon intuition de casting director. Aujourd’hui je n’arrive pas à imaginer quelqu’un d’autre dans le rôle.

9 mois4
Sandrine Kiberlain dans "9 mois ferme"

L’imaginarium du Docteur Cinéma :
Vous étiez parti sur un casting anglais au départ, après "Le Créateur" vous étiez déjà parti aux Etats-Unis, est-ce que c’est une vraie envie de travailler là-bas ?

Albert Dupontel : Oui oui, mais sauter le pas n’est pas évident avec les américains. Ils ouvrent les bras mais ils ne les referment jamais. Après "Bernie", Robin Williams m’a appelé, je suis allé à Hollywood, j’ai été reçu comme si j’étais Spielberg, c’est très flatteur, mais en pratique il ne se passe rien. Après "Le Créateur" qui n’a pas marché, ce qui n’est jamais bon signe pour eux, si ça marche ou pas c’est plus important que le film, j’ai reçu des scénarios par les studios américains, mais le metteur en scène là-bas à part les très grands c’est surtout un technicien, donc j’ai refusé poliment. Après j’ai voulu refaire "Enfermés dehors" avec des indépendants car je me sens plus proche d’eux, donc je suis allé à New-York pour l’écrire et à titre d’anecdote, je me suis arrêté 15 jours durant après avoir vu "Memento" en me disant "Putain il est super fort Nolan". Et finalement j’ai des prérogatives qui sont les miennes, c’est-à-dire je n’ai pas beaucoup de sous mais je fais ce que je veux pendant deux ans et faire un film là-bas c’était perdre ça ! Bref, j’essaie, mais ça ne marche pas, ceci dit là on n’était pas loin, j’avais déjà une grande actrice,  je finirai par y arriver car je souffre un peu de me répéter en France.

Oblikon.net : 
Ce serait uniquement aux états-unis ?

Albert Dupontel : Non, aux Etats-Unis, au Japon, en Angleterre... Si j’avais fait le film avec Emma Thompson ça se serait fait à Londres. Le problème d’une production franco-anglaise mais en langue anglaise, c’est que je perds tous les investissements que j’ai en France et qui ne sont déjà pas nombreux donc en gros si France 2 vous donne de l’argent, si c’est en anglais ils divisent par deux, c’est le cahier des charges ce qui est assez logique finalement.

L’imaginarium du Docteur Cinéma :
Vous aviez eu un prix au Japon ?

Albert Dupontel : Oui, pour « Bernie »… d’ailleurs on vient de me proposer un film au Japon, j’ai rencontré le metteur en scène que je ne connaissais pas, il me parle longuement du rôle, et le traducteur me dit :   « il trouve que vous avez un grand potentiel d’auto-destruction en vous qui l’intéresse beaucoup »… (Rire) Ils aiment les films un peu déjantés, « Bernie » les affiches c’était les mains coupées, le vide-ordure… Au japon Gaspard Noé est un cinéaste culte.

bernie.jpg

Les Chroniques de Cliffhanger :
Que préférez-vous comme phase entre l’écriture, le tournage, le montage ?

Albert Dupontel : Le découpage du film, le tournage et le découpage parce que ça devient concret. L’écriture c’est manipuler des concepts. Écrire c’est regarder les étoiles et se dire "Putain ça me donne une idée !" et quand on se penche sur sa feuille on dessine un point. Souvent c’est laborieux, faut réécrire, réécrire… Pour moi ça m’est de plus en plus difficile, les dialogues, les gags c’est relativement facile mais la structure en entier, le plan en entier, l’histoire en entier, le mouvement de tout ça, aujourd’hui j’en suis à un stade où je me méfie beaucoup de moi, ça a commencé sur Neuf mois ferme d’ailleurs. Donc j’ai du mal à écrire, je passe près de l’ordinateur et je me dis "je sais déjà les conneries que tu vas faire donc tu passeras plus tard". Alors j’ai un petit coffre à jouets, ce sont des cahiers de notes, où je prends plein plein de notes, des idées qui n’ont rien à voir avec l’histoire mais qui vont définir un univers. Au début on a le sentiment qu’on se réinvente même si ce n’est pas le cas. Y’a différentes étapes, faut avoir trois cerveaux, y’en a un c’est la structure, la stucture c’est juste le plan, c’est un truc qui est froid et mathématique et c’est long à mettre en place. Mais une fois que c’est mis en place, que ça tient à peu près la route, que je peux raconter le film relativement simplement par oral, après je l’attaque scène par scène, et là je commence un petit peu à peupler le film des choses que j’aime bien, ce que j’appelle le grand guignol !

Le-Vilain.jpg
Albert Dupontel lors du tournage du Vilain

L’imaginarium du Docteur Cinéma :
Vous travaillez avec un story board ? 

Albert Dupontel : Quand j’ai tout le film découpé, je storyboarde, mais pas tout, tout ce qui est scène de comédie, je laisse la liberté aux acteurs aux répétitions, pas sur le plateau, de chercher ce qui marche le mieux. Le meilleur moyen pour communiquer avec les techniciens c’est de montrer des dessins !

Les Chroniques de Cliffhanger :
Est-ce qu’il est facile d’être à la fois, acteur, réalisateur, scénariste, de porter toutes ces casquettes ?

Albert Dupontel : C’est laborieux. Tout à coup l’acteur va remettre en question ce qu’a écrit le scénariste, donc il y a une sorte de nœud perpétuel dans la tête, en même temps c’est un plaisir. Sans me comparer à eux, j’ai toujours admiré les « vrais classiques » de Orson Welles à Chaplin, et au moins le film fini, c’est entièrement de ma faute, si on ne l’aime pas c’est ma faute, y’a pas un truc qui m’a échappé de l’affiche au montage en passant par les bandes annonces, j’ai mon avis sur tout. Une fois le film fini, sous couvert de master-class, je voulais le montrer aux gens et voir leur qualité d’écoute. Suite à cette quinzaine d’avant-première, il y a encore 2mn30 du film qui ont été rabotées. C’est fou comme de voir quelque chose tout seul et de le voir à plusieurs ce n’est pas pareil.

Welles.jpg
Orson Welles

L’imaginarium du Docteur Cinéma :
Vous êtes d’ailleurs beaucoup allé à la rencontre du public pour ce film…

Albert Dupontel : Ce n’était pas de la curiosité intellectuelle mais j’ai un vrai plaisir à ça ! Vous pensez que votre film est bleu, ils le voient bleu pâle, ou bleu foncé, ah bon, pourquoi ? C'est passionnant de voir quelqu’un regarder le film, car on redécouvre le film. Ce n’était pas des fans mais vraiment un public qui se déplaçait pour une master-class, parfois un peu austère,  d’âge mur, et qui n’était pas venu pour ça, donc forcément avec un esprit plus critique que le fan,  mais c’est justement ce qui était intéressant, et je le referais. On peut le faire maintenant avec le numérique ce qui n’était pas possible avec le 35 mm. Ce n’était pas des screenings tests, mais je me glissais dans la salle dès que le noir se faisait et je prenais des notes tout simplement. On redécouvre le film. Car si on fait les films pour soi, il faut ensuite que le film soit compris. Toutes ces séances m’ont confortées dans une radicalité d’écriture. J’avais par exemple une scène que j’aimais beaucoup, où l’on voyait que le juge Felder avait collé au fond de sa poubelle la photo de son père dont le départ lui servait d’excuse dans son rapport avec les hommes, ce qui montrait l’immaturité du personnage, et Bob qui est un intuitif, en voyant cela comprenait tout de suite le problème, mais à ce stade du film c’était déjà trop tard, on a déjà compris le rapport entre les personnages, pas besoin d’en rajouter une couche. Pour les scènes où ils vont au Palais de Justice, je me suis embêté à chercher comment ce mec qui est recherché par la France entière, comment est-ce qu’il peut rentrer au Palais de Justice comme ça ? Bah en fait c’est impossible, sauf qu’on s’en fout ! Dans Blue Jasmine Allen va directement à l’émotion, il aligne les séquences (Paf paf paf) avec beaucoup de justesse. Tout est très juste, scénaristiquement il ne s’embarrasse pas de détails. Les émotions sont justes. 

1294329_514264041990683_410985941_o.jpg
Albert Dupontel le 28 août lors d'une avant-première

de "9 mois ferme" à l'UGC des halles


Les Chroniques de Cliffhanger :

Avec le recul, y’a-t-il des choses que vous feriez différemment avec vos précédents films ? Est-ce que vous avez des regrets ?

Albert Dupontel : Non et pourtant j’ai une nature à regrets. La seule chose que je referais aujourd’hui c’est que je recommencerais beaucoup plus tôt, je commencerais à faire du cinoche dès le bac, même avant. Le mec que j’étais à cette époque là n’a rien à voir avec celui que je suis aujourd’hui en tout cas en apparence, donc c’est un songe un peu stupide, mais je commencerais plus tôt tout simplement.

Oblikon.net
Quels conseils donneriez vous à quelqu’un qui veut devenir réalisateur ?

Albert Dupontel : Qu’il ne se laisse pas se décourager, qu’il fasse ce qu’il a envie, qu’il étudie les règles de façon à les transgresser et surtout qu’il fasse son cinéma et pas du cinéma. Et rien que ça c’est difficile à faire. Trouver vraiment ce qu’on aime, ce qu’on a envie de faire, c’est compliqué. Si je devais parler au moins jeune d’il y a vingt-cinq ans, je lui dirais, "Trouves ton cinéma et apprends à sélectionner dans tout ce que tu vois ce que tu aimes et ce que tu n’aimes pas." ! Aujourd’hui quand j’aime Blue Jasmine je me dis qu’il faut que je comprenne pourquoi j’ai aimé alors que je n’aime pas Woody Allen. Affiner le goût comme ça le plus possible, c’est le meilleur progrès qu’on puisse faire.

Blue Poster

L’imaginarium du Docteur Cinéma :
Vous citez souvent Brazil comme un film qui a changé votre vie. Quelle est l’influence de Terry Gilliam encore aujourd’hui sur vos films ?

Albert Dupontel : Influence inconsciente certainement, j’ai ma propre gamberge par rapport à la façon de faire des films. Quand je l’ai rencontré sur "Le Créateur", il m’a demandé comment j’avais fait certains plans, j’étais presque au bord des larmes.

GIlliam.jpg
Terry Gilliam 

L’imaginarium du Docteur Cinéma :
Dans la presse, certains vous ont surnommé le Terry Gilliam français…

Albert Dupontel : C’est réducteur pour Terry Gilliam, moi je m’en fous ! La critique ne sait pas comment me juger en fait, moi j’ai un pied dans le cinéma, un pied dans la distraction, quelque part y’a un No Man’s land ! Pour le critique c’est soit Cannes, soit Astérix et Obélix mais entre les deux y’a pas alors que j’ai biberonné à un cinéma indépendant américain qui justement est là dedans, les films des frères Coen, les films de Verhoeven aux États-Unis, les films de Terry Gilliam oui ce sont des films qui sont dans l’indépendance pure et l’iconoclastie qu’il y a dans ces films là donne un sentiment de vie très très fort. Ce que je ressens de l’existence ce sont ces films là, c’est pas Thor, c’est pas La pierre est dans la cuisine, Palme d’Or à Cannes ! Moi je m’y retrouve ! J’ai consommé du cinéma dit de genre quand j’étais môme, mais dès que mon goût s’est affiné justement, je l’ai retrouvé dans ces films là. Quand je vois Barton Fink, je comprends tout de la création ! Ça me parle mais monstrueusement, quand je vois Miller’s Crossing, quand je vois Arizona Junior, ça me parle de l’enfance, de la difficulté à avoir un enfant, et quand je vois Brazil, tous mes rêves et tous mes cauchemars sont dans ce film. Et puis y’en a d’autres comme ça, y’en a plein d’autres que j’ai vus comme ça, des polars de Friedkin, Police Fédérale, Los Angeles, Requiem pour un massacre de Klimov. Cette période là de 85 à 90 il y avait un vrai cinéma indépendant américain qui depuis a été phagocyté par les majors, qui compte tenu que ça marchait à récupérer ce cinéma-là. Et puis j’étais à l’âge où j’absorbais ça enfin avec un peu d’analyse. Brazil effectivement a été pour moi un film fondateur de mon cinéma.

brazil_4.jpg
"Brazil" de Terry Gilliam

Les Chroniques de Cliffhanger :
Vous parlez beaucoup des travers de la société dans vos films. Est-ce que faire du cinéma c’est un engagement politique quelque part ?

Albert Dupontel : Y’a des cinéastes plus engagés. Un vrai cinéaste engagé c’est Depardon ou Ken Loach. Moi  je considère que la société n’a pas besoin de moi pour avoir des travers ou être grotesque. Je n’ai pas le sentiment de dire que je vais faire un film pour dénoncer la justice, ce n’est pas le propos du film. Le propos du film, c’est vouloir faire rencontrer deux personnages complètement improbables qui à priori sont totalement en opposition mais qui ont plein de choses à se dire, mais ils ne le savent pas ! Faut passer par l’ivresse, faut passer par l’oubli, par la confusion mentale de l’un des personnages pour que ces personnages là se rencontrent. Le prochain c’est pareil, je suis sur un film sur la peur de vivre, qu’est-ce que c’est que la peur de vivre, pourquoi quelqu’un tout à coup n’aurait plus peur de vivre, ce sont ces thèmes là qui m’obsèdent.

Les Chroniques de Cliffhanger :
Comment s’est passée la rencontre avec Camille qui a fait la chanson originale du film ?

Albert Dupontel : Très simplement, Camille je l’ai sollicitée par agent interposé, pour savoir déjà si elle viendrait voir le film. Elle est venue et après je lui ai demandé si ça lui dirait de faire une chanson et elle m’a dit oui. Je crois que la veille de son accouchement elle m’a envoyé cette chanson et Noir Désir sur Bernie c’était pareil, j’étais allé à Bordeaux j’étais très admiratif de leur travail, Camille c’est pareil, j’écoutais son album en boucle. Faut être très simple, soit ils veulent soit ils veulent pas, personne t’oblige à quoi que ce soit.

Camille.jpg

Oblikon.net
Quels films vous ont marqué cette année ?

Albert Dupontel : Tout d’abord un film  qui n’est pas encore sorti, « Wrong Cops » de Quentin Dupieux, que j’ai trouvé très drôle, créatif, délirant mais accessible… « Blue Jasmine » bien sûr, « Happiness Therapy » dont j’ai adoré le début, et j’irai voir avec curiosité « Gravity » et le Jean-Pierre Jeunet naturellement.

Wrong

L’imaginarium du Docteur Cinéma :
T.S. Spivet qui sort le même jour que votre film...


Albert Dupontel : Oui je trouve ça un peu dommage, j’en ai parlé à Jean-Pierre Jeunet mais lui ça ne l’inquiète pas. Je ne sais pas si je serai dans la dernière ligne droite mercredi mais j’espère au moins rembourser mon budget bien sûr et que le film rapporte suffisamment pour pouvoir lancer mon prochain film sereinement. Je n’ai pas un énorme public, mais un public fidèle et très enthousiaste qui peut cacher la forêt et j'espère atteindre le score de mon précédent film, mais je ne rêve pas, je ne me vois pas non plus faire le million. Si je fais un million je descend les champs-Elysées !  

Les Chroniques de Cliffhanger :
Dans un entretien vous avez dit regarder certaines séries télé. Est-ce que c’est un domaine qui vous intéresserait  pour raconter des histoires ?

Albert Dupontel : Je n’en serais pas capable. En tant que spectateur, j’ai pris beaucoup de plaisir à regarder "Breaking Bad", "The West Wing", "House of Cards"… Il y a une innovation dans ce secteur là qui est extraordinaire, ils sont inventifs, ils sont insolents, ils sont amoraux, ils sont un peu tout ce que le cinéma des années 70 a été. Aujourd’hui ça passe sur les chaines cryptées comme HBO . Modicité de moyen donc une liberté totale de pouvoir agir… Parfois c’est à désespérer le cinéma américain… Là je retrouve les émotions que j’avais avec les films d’il y a un peu plus de 20 ans dont je vous parlais. Je ne sais pas si je pourrais écrire une série, mais diriger un épisode ou deux ça pourrait être intéressant. Fincher quand il fait H"ouse Of Cards" c’est très sobre. Je pense qu’ils refont Richard III ,  Kevin Spacey, c’est Richard III  qui parle à la caméra, c’est une idée super rigolote. Une série télé anglaise que j’ai trouvée super aussi c’est "Downton Abbey", pourtant c’est le décorum avec plein de personnages mais l’écriture est vachement bien. C’est là en fait où j’ai eu des émotions, beaucoup plus qu’au cinoche.

Breaking.jpg
Breaking Bad

Oblikon.net
Si Canal + par exemple  vous proposait de développer une série ?


Albert Dupontel : Non je veux faire du cinoche moi ! Tant que j’ai du jus et que je peux faire des films, je vais essayer d’en faire le plus possible jusqu’à la fin de mes jours, je ne peux pas dire mieux. Je vais essayer d’arriver à 10, j’attaque un sixième, je vais peut-être faire l’acteur de ci de là en fonction des projets…

L’imaginarium du Docteur Cinéma :
Chez Gilliam ?

Albert Dupontel : Non je lui ai dit un jour "je te demanderais jamais de faire l’acteur chez toi" il m’a dit "Ba tu fais bien" (Rires) Il m’a dit "au lieu de faire des petits films intelligents, tu ferais mieux de faire star internationale, on pourrait travailler ensemble !" (Rires). Il m’avait d’ailleurs demandé de parler à Jean Dujardin pour son prochain film, cela ne s’est pas fait, c’est donc Christoph Walz en tête d’affiche et il paraît que c’est formidable !

Zero.jpg

Les Chroniques de Cliffhanger :
Vos envies de réalisateur se focalisent uniquement sur la comédie ?

Albert Dupontel : J’estime faire plus des drames rigolos plutôt que de la comédie, d’ailleurs c’est un terme que je trouve très péjoratif en ce moment, la comédie tel qu’on l’entend en France c’est un casting de comédie, une histoire de comédie et un budget de comédie et ce film n’a aucun de ces critères là donc je préfère parler de drame rigolo. Une fois que le drame est posé, la question est pourquoi vous n’en restez pas là et bien c’est parce que je trouve beaucoup plus élégant de restituer l’émotion que j’ai eue, de la restituer sous forme de farce grand guignol.

Oblikon.net
Le budget était de combien pour Neuf Mois Ferme ?

Albert Dupontel : Entre 4,5 et 5, je parle des coûts de fabrication, il aurait dû être plus important mais comme certains acteurs principaux ne se payent pas (Rires)

L’imaginarium du Docteur Cinéma :
Vous ne vous sentez pas seul dans ce genre de cinéma en France ?

Albert Dupontel : Je me sens toléré en France, c’est pour ça que je ne veux pas qu’on  attaque le cinéma français parce que les premiers films qui vont sauter c’est moi, ce ne sera pas Astérix et Obélix , ce sera moi , donc je suis toléré, ça me va très bien ! Le clair obscur dans lequel je suis me permet à la fois de ne pas être trop sous les spots et en même temps me permet de faire ce que j’ai envie de faire. Bernie et Le Créateur ont été durs, depuis Enfermés Dehors, Le Vilain et celui là, il faut juste que j’aille un peu plus vite, donc je vais moins faire l’acteur et je vais aller plus vite. Je ferais peut être l’acteur dans mes films mais moins chez les autres. Bien sûr quand c’est Blier qui m’appel et qui me dit « J’ai un rôle pour toi, tu vas devoir buter deux comédiens, Belmondo et Serrault », je vais pas hésiter (Rire). Là on me propose un film avec Cécile De France qui est une artiste que j’aime bien, le scénario est joli, donc si j’ai bien avancé dans mon travail, j’irais me défouler chez un autre. Peut-être au printemps.

Créateur affiche

Les Chroniques de Cliffhanger :
Vous écrivez donc en ce moment votre prochain film ?

Albert Dupontel : Oui, ça va s’appeler Adieu les cons ! C’est un film sur la peur de vivre. C’est l’histoire d’une femme à qui on annonce qu’elle n’a plus beaucoup de temps à vivre, elle se met en quête d’un enfant qu’elle avait abandonné quand elle avait quinze ans, donc encore un thème récurrent, elle va se heurter à la machine administrative qui n’en a rien à foutre d’elle quelle que soit sa souffrance et elle va croiser pour son bonheur ou son malheur, un fonctionnaire dépressif qui a raté son suicide parce qu’il n’a pas été nommé directeur adjoint. Entre cette femme qui voudrait vivre mais qui peut plus et cet homme qui pourrait vivre mais qui veut pas, y’a forcément des choses à se dire… Peut-être en anglais…



Merci à Albert Dupontel et à l'agence Le K pour cette table ronde !

Createur.jpg


Commenter cet article

laurent wilis 06/12/2014 19:11

Je ne vais pas commenter cet article dsl mais je v me servir de lui pour passer un apel a bernie car pour moi albert est et sera toujour bernie le premier film que j ai decouvert de lui et qui ma regaler tromatiser dans le bon sens du terme j avais a l epoque 12 ans et l ai fait decouvrir a tou mes pots et c la 1er fois que j ai vu un film que entre parenthese j aurer pu ecrire avec mon esprit torturer de skizofrene paranoiaque bipolaire voila c dit! Alor albert si tu voi ou prend connaissance de cet article contacte moi je voi que toi qui poura deceler mon potentiel.merci la bise a momo kikikiki.where is mun? She is in the bathroom......merci

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents