Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Imaginarium du Dr Cinéma

L'Imaginarium du Dr Cinéma

Coups de coeur et coups de gueule, l'Imaginarium se veut le reflet du cinéma que j’aime. Bienvenue dans un monde qui défile en 24 images par seconde !


Spring Breakers

Publié par Imaginarium du Dr Cinéma sur 11 Mars 2013, 07:30am

Catégories : #J'ai vu - j'ai pas aimé - passe ton chemin l'ami !

    


Spring affiche


Spring Breakers

Réalisé par Harmony Korine
Avec : Vanessa Hudgens, Selena Gomez, James Franco
Durée : 1h32
Genre : Il ne suffit pas d’être le scénariste de Larry Clark pour faire du Larry Clark
Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement
Date de sortie : Le 6 mars 2013


Spring1.jpg

Synopsis :

Pour financer leur Spring Break, quatre filles aussi fauchées que sexy décident de braquer un fast-food. Et ce n’est que le début… Lors d’une fête dans une chambre de motel, la soirée dérape et les filles sont embarquées par la police. En bikini et avec une gueule de bois d’enfer, elles se retrouvent devant le juge, mais contre toute attente leur caution est payée par Alien, un malfrat local qui les prend sous son aile…

Spring2.jpg

Mon avis :

Le réalisateur de « Spring Breakers », Harmony Korine, est le scénariste de « Kids » et « Ken Park », deux films chocs et brillants sur l’adolescence du réalisateur subversif Larry Clark. Le problème de « Spring Breakers » est paradoxalement la faiblesse du scénario totalement creux qui décrit l'errance de jeunes filles qui cherchent à exister en plongeant corps et âmes dans les excès que leur offre la vie, bref, rien de bien nouveau sous le soleil. Tout cela est bien tiédasse, les personnages n’ont pas vraiment d’épaisseur, et le récit est tronqué dès le début, avec le hold-up d’un fast-food avant même le départ au Spring Break.

Spring3.jpg

En mettant en lumière leur absence totale de moralité et de conscience dès le début du film plus grand-chose ne nous surprend ensuite, si ce n'est le personnage joué par Selena Gomez, qui représente une autre frange de l’Amérique, peut-être le plus intéressant, ou tout du moins qui aurait pu l’être s’il avait été un peu plus exploité, un personnage plus "normal", plus proche de la réalité dont la résistance à franchir certaines lignes aurait rendu plus passionnant le parcours que celui du trio insipide et si peu réaliste des trois autres filles. Selena Gomez nous offre d’ailleurs une des meilleures scènes du film face à James Franco qui lui est excellent dans un personnage caricatural mais efficace. Sinon « Spring Breakers » est bourré d’effets de style, sauvé par la musique, ni vraiment trash ni vraiment intéressant. On est loin des images chocs de « Ken Park » ou de l’audace stylistique des « Lois de l’attraction » d'un Roger Avary. Ici on assiste à un spectacle toc, avec quelques bonnes scènes, peu d’idées, et pas de risques.

Spring4.jpg

On ressent parfois un vague sentiment de malaise face à la vulgarité de certaines images, l’impression que le réalisateur a profité de son film pour se faire plaisir et filmer fesses et seins d’adolescentes enivrées, spectacle qui apparemment n’a pas déplu à la critique officielle qui multiplie les superlatifs face à ce spectacle superficiel. Certes c’est un film qui surfe sur les effets de mode, un film qui à trop hésiter entre racolage, chronique adolescente et rêve sous acide ne ressemble plus à grand-chose. Envolée la sincérité qui transpirait du scénario de "Kids", ou la créativité de "Gummo", "Spring Breakers" n'est qu'un pétard mouillé qui ose peu, mais qui en fascinera certains, comme les lumières inoffensives d'un feu d'artifice avant l'obscurité.

Spring5.jpg

Bande-annonce :
 



Commenter cet article

film streaming 14/03/2013 06:23

moi aussi j'ai ressentie des malaises en voyant certaines scènes du film et je ne pense pas que je soit le seul, ils ont un peut trop forcé dans la vulgarité.
mistergoodmovies.net

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents