Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Imaginarium du Dr Cinéma

L'Imaginarium du Dr Cinéma

Coups de coeur et coups de gueule, l'Imaginarium se veut le reflet du cinéma que j’aime. Bienvenue dans un monde qui défile en 24 images par seconde !


Dossier Drew Barrymore

Publié par Imaginarium du Dr Cinéma sur 7 Décembre 2012, 10:32am

Catégories : #Dossiers


    Drew portrait

 


Pourquoi Drew Barrymore ? Parce que contrairement à certains, une fois en enfer, elle ne s'est pas contentée d'exister à travers les pages de la presse trash, mais elle a reconstruit son image et sa carrière avec beaucoup de perséverance et de courage ! Et puis je la trouve craquante depuis toujours...


Drew Barrymore – Petite bio

Drew Barrymore c’est d’abord une grande famille de cinéma, petite-fille de l’acteur John Barrymore, petite-nièce de Lionel Barrymore et filleule de Steven Spielberg, elle fait sa première apparition télévisée à l’âge de 11 mois (dans une publicité de nourriture pour chiens). C’est bien sûr grâce à
« E.T. » qu’elle devient célèbre à l’âge de 7 ans. Deux ans plus tard elle tourne dans « Charlie » de Mark Lester, mais très vite sa vie devient un enfer. Une mère qui profite de sa notoriété, une fillette traînée de fêtes en fêtes, que l'on fait danser sur les tables pour amuser les invités… comme elle le raconte dans sa biographie, elle découvre l’alcool à 9 ans, le cannabis à 10 ans et la cocaïne à 12 ans… Petit à petit sa carrière décline, et seuls les magazines people parlent de temps en temps de la petite fille qui fit rêver l’amérique…

p7_jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

Il y a heureusement des histoires qui finissent bien, et tous les enfants stars ne terminent pas dans les rubriques faits-divers. Après plusieurs cures de désintoxication et une tentative de suicide, puis l’obtention de son émancipation, elle réussit à sortir de ses problèmes de drogues. Il lui reste à reconstruire son image et à retrouver la confiance des réalisateurs, avec beaucoup d'intelligence elle va relancer sa carrière. Des apparitions dans "Batman Forever" ou "Wayne's World 2", quelques films, "Belles de l'ouest", "Avec ou sans hommes", et puis un cri, "Scream" suivi d'un rôle chez Woody Allen, Drew Barrymore est de retour. La suite ? Des comédies romantiques à la pelle, une maison de production (Flower Films), quelques blockbusters et un premier film en tant que réalisatrice, Drew Barrymore n'a depuis plus jamais quitté les écrans de cinéma, et c'est tant mieux !

Drew Barrymore – La révélation
E.T.
Date : 1982
De Steven Spielberg 
Avec Henry Thomas, Drew Barrymore, Peter Coyote


E.T.

Synopsis : Une soucoupe volante atterrit en pleine nuit près de Los Angeles. Quelques extraterrestres, envoyés sur Terre en mission d'exploration botanique, sortent de l'engin, mais un des leurs s'aventure au-delà de la clairière où se trouve la navette. Celui-ci se dirige alors vers la ville. C'est sa première découverte de la civilisation humaine. Bientôt traquée par des militaires et abandonnée par les siens, cette petite créature apeurée se nommant E.T. se réfugie dans une résidence de banlieue. Elliot, un garçon de dix ans, le découvre et lui construit un abri dans son armoire. Rapprochés par un échange télépathique, les deux êtres ne tardent pas à devenir amis. Aidé par sa soeur Gertie et son frère aîné Michael, Elliot va alors tenter de garder la présence d'E.T. secrète.

Critique : Un classique, un conte de fées moderne qui a enchanté toute une génération d’enfants, une fable écologique qui prône la tolérance et le droit à la différence, un film magique, la plus belle histoire d’amitié jamais contée. Bref, E.T. est le chef d’œuvre de Steven Spielberg et l’un des plus beaux films de l’histoire du cinéma. On y retrouve les thèmes chers au réalisateur, l’enfance, la tolérance, l’abandon ou l’innocence…  La jeune Drew Barrymore âgée de 6 ans devient du jour au lendemain la nouvelle petite fiancée de l’amérique, c’est pour elle le début de la gloire, mais également de sa descente aux enfers… 


Drew Barrymore – Le retour en grâce
Scream
Date : 1996
De Wes Craven
Avec Neve Campbell, David Arquette, Courteney Cox, Drew Barrymore

Scream

Synopsis : Casey Becker, une belle adolescente, est seule dans la maison familiale. Elle s'apprête à regarder un film d'horreur, mais le téléphone sonne. Au bout du fil, un serial killer la malmène, et la force à jouer à un jeu terrible : si elle répond mal à ses questions portant sur les films d'horreur, celui-ci tuera son copain... Sidney Prescott sait qu'elle est l'une des victimes potentielles du tueur de Woodsboro. Celle-ci ne sait plus à qui faire confiance. Entre Billy, son petit ami, sa meilleure amie Tatum et son frère Dewey, ses copains de classe Stuart et Randy, la journaliste arriviste Gale Weathers et son caméraman Kenny qui traînent tout le temps dans les parages et son père toujours absent, qui se cache derrière le masque du tueur ?

Critique : Scream, un classique du slasher pour ado, mise en abîme du cinéma d’horreur que le réalisateur avait déjà exploré dans Freddy 7. Ecrit par Kevin Williamson, le film d’horreur ultra référencé de Wes Craven a relancé une vague de slashers, de « Souviens-toi l’été dernier » à « Légendes Urbainnes ». Mais aucun n’atteindra l’efficacité et l’ironie de « Scream », dont la scène d’ouverture à elle seule est devenue un modèle du genre, et les hurlements de Drew Barrymore, qui n’est présente que quelques minutes dans le film sont entrés dans l’histoire du cinéma d’horreur. C’est d’ailleurs pour l’actrice un vrai retour en grâce qu’elle confirmera quelques mois plus tard avec « Tout le monde dit I Love You » de Woody Allen.


Drew Barrymore – Les comédies romantiques
Le Come-back
Date : 2007
De Marc Lawrence (II)
Avec Drew Barrymore, Hugh Grant, Jason Antoon

Come-back

Synopsis : Le chanteur pop Alex Fletcher a connu la gloire dans les années 80, avant d'en être réduit à hanter les podiums des parcs de loisirs, foires agricoles et autres temples de la chansonnette rétro. Ce talentueux musicien, que chacun croit fini, se voit cependant offrir un come-back de la dernière chance lorsque la jeune diva Cora Corman l'invite à écrire et enregistrer en duo avec elle une chanson de son prochain album. L'ennui est qu'Alex n'a rien composé depuis dix ans, qu'il n'a jamais été parolier... et qu'il doit livrer son chef-d'oeuvre dans la semaine ! C'est alors qu'entre en scène la fantasque et craquante Sophie Fisher, dont le verbe haut en couleur, aussi inventif qu'imagé, ravit notre artiste. Celle-ci hésite à collaborer avec un personnage aussi léger qu'Alex, mais la musique, qui sait si bien adoucir les moeurs, a aussi le don d'enflammer les coeurs...

Critique : « Collège Attitude », « Amour et Amnésie », « Lucky You », « Wedding Singer », Drew Barrymore a fait de la comédie romantique son genre de prédilection, il faut dire que son charme et ses fossettes ont de quoi faire craquer ses partenaires masculins. « Le Come-back » est une adorable petite comédie sentimentale, tout à fait représentative des nombreuses romances de la filmographie de Drew Barrymore. En face d’elle, pour la première fois c’est Hugh Grant, spécialiste masculin du genre qui chavire pour le sourire de l’actrice. Que dire de plus, le couple fonctionne à merveille, le film est drôle et s’octroie même le droit de poser un regard légèrement critique sur le star-system. Un sympathique moment de cinéma qui fait battre nos petits cœurs… 


Drew Barrymore – La productrice
Donnie Darko
Date : 2009
De Richard Kelly
Avec Jake Gyllenhaal, Maggie Gyllenhaal, Drew Barrymore, Noah Wyle, Patrick Swayze

Donnie

Synopsis : Donnie Darko est un adolescent de seize ans pas comme les autres. Intelligent et doté d'une grande imagination, il a pour ami Frank, une créature que lui seul peut voir et entendre. Lorsque Donnie survit par miracle à un accident, Frank lui propose un étrange marché. La fin du monde approche et ce dernier doit accomplir sa destinée. Des événements bizarres surviennent dans la petite ville tranquille, mais Donnie sait que derrière tout cela se cachent d'inavouables secrets. Frank l'aidera à les mettre à jour, semant ainsi le trouble au sein de la communauté.

Critique : C’est un premier film étrange et dense, comme un rêve, entre réalité et fantasme, un film mélancolique qui porte un regard singulier sur un adolescent paranoïaque et schizophrénique. Le spectateur est parfois perdu dans le méandres de ce récit complexe, un peu bancal par moments mais vraiment original et réussi. Si Drew Barrymore n’a qu’un petit rôle dans le premier long-métrage de Richard Kelly, elle est également productrice exécutive du film à travers sa société « Flower Films ». A sa sortie « Donnie Darko » n’a pas rencontré le succès mérité, mais aujourd’hui il est devenu culte pour ses nombreux fans.  


Drew Barrymore – Le blockbuster
Charlie et ses drôles de dames
Date : 2000
De McG
Avec Cameron Diaz, Lucy Liu, Drew Barrymore, Bill Murray, Tim Curry

Charlie

Synopsis : Eric Knox a conçu un logiciel révolutionnaire qui, s'il tombait en de mauvaises mains, mettrait en danger la vie privée de tous ceux qui approchent un ordinateur. Lorsqu'il est enlevé, la présidente de Knox Technologies fait appel à Charlie et à ses trois jeunes détectives aussi sexy qu'intelligentes. Natalie, Dylan et Alex s'intéressent d'abord à Roger Corwin, rival de Knox et propriétaire du plus grand réseau de télécommunications par satellite du monde. Pour infiltrer le cercle de ses proches, les trois jeunes femmes ne reculent devant rien

Critique : Du grand n’importe quoi, du divertissement fun et sexy, sans prise de tête mais avec beaucoup d’humour. Peu ou pas de scénario mais de l’action, de l’énergie et trois actrices rayonnantes. Un produit bien ficelé, tout en second degré, parfaitement calibré pour accompagner votre pop-corn sucré ou salé. Les drôles de dames remettront ça trois ans plus tard, pour une suite encore plus explosive en compagnie cette fois-ci de Demi Moore, Bernie Mac ou John Cleese. C’est d’ailleurs le deuxième plus gros succès de la carrière de Drew Barrymore, derrière « E.T. » bien sûr et devant « Amour et Amnésie » puis « Scream », si l’on ne prend pas en compte sa petite apparition dans « Batman Forever ».

Drew Barrymore – La réalisatrice
Bliss
Date : 2010
De Drew Barrymore
Avec Ellen Page, Drew Barrymore, Juliette Lewis, Zoé Bell

Bliss

Synopsis : Par tous les moyens, Bliss Cavendar veut échapper à sa petite ville perdue du Texas et à sa mère qui est convaincue que sa seule chance de réussir dans la vie est de gagner les concours de beauté locaux. Bliss rêve d'autre chose... Lorsqu'elle se rend en cachette dans la grande ville d'Austin avec sa meilleure amie Pash, Bliss découvre un univers qu'elle n'aurait jamais imaginé : le roller derby. Associant girl power et punk-rock, cette discipline permet à chaque fille de laisser libre cours à sa personnalité...

Critique : Comédie romantique, chronique pour ado, film de filles, drôle, féministe et rock’n roll, le 1er film de Drew Barrymore est une réussite. Faussement trash mais totalement décomplexé, « Bliss » fait preuve d’une énergie communicative. Si parfois la mise en scène est un peu sage la réalisatrice se révèle une excellente directrice d’acteurs. Ici le girl power est fun, le ton punk-rock et Ellen Page parfaite comme à son habitude. Un premier film attachant qui a eu le mérite de faire découvrir le roller derby a toute une génération de femmes !

Mais aussi  :

"Tout le monde dit I Love You", "Belles de l'Ouest", "A tout jamais", "Charlie", "Trop loin pour toi", "Charlie et ses drôles de dames 2"...

                           Tout le monde  Belles de l'ouest  A tout jamais  Charlie2  Trop loin  CH2

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents