Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Imaginarium du Dr Cinéma

L'Imaginarium du Dr Cinéma

Coups de coeur et coups de gueule, l'Imaginarium se veut le reflet du cinéma que j’aime. Bienvenue dans un monde qui défile en 24 images par seconde !


Dossier Mel Brooks

Publié par Imaginarium du Dr Cinéma sur 27 Mars 2013, 11:00am

Catégories : #Dossiers


   

"La tragédie, c’est lorsqu’on se coupe le doigt.
La comédie, c’est quand on tombe dans une bouche d’égout ouverte
et que l’on meurt." 
Mel Brooks



Mel Brooks portrait


Pourquoi Mel Brooks ? Parce que ce fut un précurseur, qu'il a influencé les ZAZ, les Nuls et tellement d'autres, qu'il savait tout faire et qu'il a réalisé des classiques de l'humour. Retour sur un homme qui a changé la face et la fesse de la Parodie !

Mel Brooks - Petite bio

Né Melvin Kaminsky le 28 juin 1926 à Brooklyn dans un famille juive germano-russe, Mel Brooks fait ses premières armes à la télévision comme auteur au côté d'un certain Woody Allen pour le "Sid Caesar's Your Show of Shows" de Sid Caesar. Il crée ensuite la série "Get Smart" (1965-1970) et devient producteur et auteur de livrets à Broadway. En 1966 il reçoit l'Oscar du Meilleur court animé pour "The Critic". Il se lance alors dans son premier film, "Les Producteurs". Entre 1968 et 1995 il réalise 11 films dont 3 qui seront classés parmi les 100 films les plus drôles du cinéma américain par l'American Film Institute.

Mel_Brooks.jpg

Mel Brooks est un réalisateur fidèle, et l'on retrouve régulièrement sa "Famille d'acteurs" au casting de ses films, comme Dom DeLuise, Marty Feldman, Madeline Kahn, Dick Van Patten, Gene Wilder et Anne Bancroft bien sûr, sa femme avec qui il a été marié pendant plus de 40 ans et avec qui il a eu plusieurs enfants dont Max Brooks, écrivain spécialisé dans les zombies. Pour sa femme il produira "Elephant Man" ou "84 Charing Cross road". Après "Dracula, mort et heureux de l'être", Mel Brooks a déserté les plateaux de cinéma. Il n'a pourtant jamais totalement abandonné le métier, puisqu'il s'est consacré à l'adaptation musicale des ses films pour Broadway, ainsi qu'à son rôle dans la série "Dingue de toi" qui lui a rapporté 3 Emmy Awards.  Mel Brooks est l'un des rares artistes à avoir remporté l'Oscar, le Tony Award, l'Emmy Award et le Grammy Avard. Homme de scène, réalisateur inventif, compositeur, il aura donné à la parodie ses lettres de noblesse et aura fait rire plusieurs générations de fans et inspiré (Avec les Monty Python bien sûr) les ZAZ ou les Nuls...   

 
"Spanish Inquisition" dans "La Folle histoire du monde" de Mel Brooks



Mel Brooks – Le réalisateur
Frankenstein Junior
Date : 1974
De Mel Brooks
Avec Gene Wilder, Marty Feldman, Peter Boyle, Madeline Kahn

Frankenstein Junior
   
Synopsis : Peu fier de son ascendance, le Docteur Frederick Frankenstein accepte pourtant de retourner sur les terres de ses ancêtres. Rattrapé par la folie familiale, il décide de suivre les traces de son aïeul et de créer à son tour une créature à partir de cadavres, avec l'aide de son fidèle serviteur Igor. Malheureusement, chargé de trouver le cerveau d'un génie, ce dernier se trompe et rapporte à Frankenstein un cerveau anormal...


Mon avis : "Frankenstein Junior" est le meilleur film de Mel Brooks, son chef d'oeuvre est l'une des grandes comédies de l'histoire du cinéma. Avec ce film Mel Brooks trouve l'équilibre parfait entre la parodie et l'hommage. Tourné en partie dans les décors du Frankenstein de 1931 de James Whale, "Frankenstein Junior" est un film porté par un duo génial, car si Mel Brooks a réalisé et scénarisé le film, Gene Wilder a lui aussi participé à l'écriture du long-métrage, il en est même à l'origine, et il trouve là un de ses plus beaux rôles au côté de Marty Feldman (sans oublier l'apparition drolatique de Gene Hackman). Hommage poétique et drôle, imaginé par des amoureux du genre, qui en respectant le matériaux d'origine, les lumières, les décors, les ambiances, et même le jeu des acteurs, donne à la parodie ses lettres de noblesse !



Mel Brooks – Le producteur
Elephant Man
Date : 1980
De David Lynch
Avec John Hurt, Anthony Hopkins, Anne Bancroft

Elephant Man

 Synopsis : Londres, 1884. Le chirurgien Frederick Treves découvre un homme complètement défiguré et difforme, devenu une attraction de foire. John Merrick, " le monstre ", doit son nom de Elephant Man au terrible accident que subit sa mère. Alors enceinte de quelques mois, elle est renversée par un éléphant. Impressionné par de telles difformités, le Dr. Treves achète Merrick, l'arrachant ainsi à la violence de son propriétaire, et à l'humiliation quotidienne d'être mis en spectacle. Le chirurgien pense alors que " le monstre " est un idiot congénital. Il découvre rapidement en Merrick un homme meurtri, intelligent et doté d'une grande sensibilité.


Mon avis : Il s'agit du 1er film produit par Mel Brooks et sa société Brooksfilms Ltd. C'est Anne Bancroft, la comédienne et la femme de Mel Brooks qui après avoir lu le scénario pour lequel elle aura un coup de coeur, le donnera à son mari. D'abord méfiant sur le choix du réalisateur, la vision d'"Eraserhead", le premier film de David Lynch convaincra Mel Brooks qui ensuite défendra le réalisateur face aux doutes des studios. A l'arrivée David Lynch réalise une fable humaniste et poignante, une réflexion émouvante sur la cruauté humaine, un grand film tout simplement porté par le formidable John Hurt. Quelques années plus tard Mel Brooks produira également "La Mouche" de David Cronenberg.



Mel Brooks – L’acteur
To be or not to be
Date : 1984
De Alan Johnson
Avec Mel Brooks, Anne Bancroft, Tim Matheson, Charles Durning, Christopher Lloyd

To be or not to be

Synopsis : Frederick et Anna Bronski dirigent un petit théâtre de quartier à Varsovie. Lui est « mondialement connu en Pologne » et elle profite des scènes de monologue de son mari pour s'ébattre dans sa loge avec un jeune aviateur. Tout est bouleversé lorsque la troupe est engagée dans l'armée pour repousser les envahisseurs nazis et sauver la résistance polonaise...

Mon avis : Réalisé par le chorégraphe des "Producteurs" et du "Shérif est en prison", "To be or not to be" est l'un des rares films joué et non réalisé par Mel Brooks. Cette adaptation fidèle et très réussie de l'original de Lubitsch est produite par Mel Brooks qui y tient au côté de sa femme le rôle principale. On retrouve d'ailleurs l'univers et l'humour du réalisateur, porté par la mise en scène extrêmement efficace d'Alan Johnson. Il n'est pas le seul à briller dans "To be or not to be" car Charles Durning a été nommé à l'Oscar et au Golden Globes du meilleur second rôle pour sa performance. Coincé entre "La folle histoire du monde" et "La folle histoire de l'espace", "To be or not to be" est sans doute le meilleur film de Mel Brooks des années 80. L'acteur dévoile ici tout son potentiel, il est drôle, il chante, il danse, un festival de Brooks à déguster d'urgence si vous ne l'avez pas encore vu !




Mel Brooks - Le silencieux
La Dernière folie de Mel Brooks (Silent Movie)
Date : 1976
De Mel Brooks
Avec Mel Brooks, Marty Feldman, Dom DeLuise, Paul Newman, Liza Minnelli, Burt Reynolds, James Caan, Marcel Marceau et Anne Bancroft.

La dernière folie

Synopsis : Mel Funn, un cinéaste hollywoodien sorti d'une cure de désintoxication, tente de convaincre les responsables d'un studio de cinéma de produire le premier film muet réalisé depuis quarante ans.

Mon avis : Deux ans après « Frankenstein Junior », Mel Brooks revient avec une comédie originale. Un film muet qui raconte l’histoire d’un réalisateur qui cherche à réaliser un film muet dans les années 70. Après avoir parodié le western et le film d'épouvante, le réalisateur s'attaque donc au film muet, ce qui oblige Mel Brooks à explorer toutes les formes d’humour visuel, du comique de répétition au comique de situation. Avec à ses côté Dom DeLuise (qui joua dans 6 films de Mel Brooks) et Marty Feldman, sans oublier Barry Levinson en co-scénariste, Mel Brooks cabotine en silence et multiplie les gags en s'octroyant le luxe d'un casting 3 étoiles, puisqu'on y croise au détour d'une scène Paul Newman, Liza Minnelli, Burt Reynolds, James Caan et même le mime Marceau. Chuuuttt....



Mel Brooks – Le Précurseur
Le Shérif est en prison (Blazing Saddles)
Date 1974
De Mel Brooks
Avec Gene Wilder, Cleavon Little, Slim Pickens, Mel Brooks, Madeline Kahn

Poster Shérif

Synopsis : Une petite ville de l’Ouest, un gouverneur et un juge peu scrupuleux qui veulent exproprier les habitants des lieux au profit d’une compagnie de chemin de fer, un shérif et son adjoint alcoolique. Tels sont les ingrédients classiques qui ont permis à Mel Brooks de réaliser une parodie délirante des Westerns.

Mon avis : 1974 est une année phare pour Mel Brooks. Il réalise cette année-là son film le plus célèbre, « Frankenstein Junior ». Mais c’est également l’année du « Shérif est en prison » qu'il a co-écrit avec Richard Pryor, film moins connu, mais l’une des parodies les plus réussies de Mel Brooks, qui invente un langage humoristique qui influencera nombre de réalisateurs dont les fameux les ZAZ (Zucker Abrahams Zucker) qui lui doivent beaucoup (presque tout…).Comme à son habitude Mel Brooks est extrêmement respectueux du matériau d’origine et respecte les codes du western, en nous offrant de magnifiques paysages, un film en cinémascope, des indiens, des poursuites et un shérif noir! Il rajoute une touche de burlesque, des gags énormes, une attaque en règle contre le racisme et un final complètement loufoque. Il expérimente ici le détournement de situations, transformant des scènes classiques en moments totalement absurdes. Il pose les bases d’un humour novateur qui explosera quelques mois plus tard dans « Frankenstein Junior ». Un film à voir pour se replonger aux origines de l’absurde !    



Mel Brooks – Créateur de série
Max la menace (Get Smart)
Date : 1965-1970
Créée par Mel Brooks et Buck Henry
Avec Don Adams, Barbara Feldon, Edward Platt

Max la menace
   
Synopsis : Catastrophe ambulante, Maxwell Smart, Agent 86 d'une organisation gouvernementale du nom de Control, s'efforce de mener à bien les missions qui lui sont confiées. Il est heureusement aidé de la séduisante Agent 99...

Mon avis : C’est un peu l’ancêtre de "Chuck", un espion maladroit et attachant, vedette des services secrets américains, crée par Mel Brooks en 1965. La série humoristique connaîtra un vrai succès durant 5 saisons et Don Adams, l’acteur principal recevra 3 Emmy Award. De l’humour, de l’action, une partenaire féminine, Agent 99, charmante et mystérieuse, et un ennemi redoutable, l’organisation KAOS. « Max la menace » est une excellente série des années 60, moins connus dans nos contrées que certaines de ses grandes sœurs, mais qui a acquis le statue de série culte au fil des années grâce à son humour absurde. A tel point qu’en 1980, Clive Donner réalise « Le Plus Secret des agents secrets », l’adaptation cinéma de la série. Don Adams y reprend son rôle au côté de Sylvia Kristel. En 2008 c’est Peter Segal (« Ya t’il un flic pour sauver Hollywood », « Amour et Amnésie ») qui réalise une nouvelle adaptation cinéma de « Max la menace », scénarisés par Mel Brooks avec un casting de luxe qui regroupe Steve Carell, Anne Hathaway, Alan Arkin, The Rock, Terence Stamp, Jame Caan et Bill Murray…
 

Mel Brooks - Le scénariste
Les Producteurs
Date : 1971
De Mel Brooks
Avec : Zero Moster, Gene Wilder, Kenneth Mars

Producteurs

Synopsis : Des producteurs véreux montent une comédie musicale désastreuse : "Le printemps d'Hitler" et s'assurent que l'échec du spectacle leur rapportera la fortune. Mais prise au second degré par les spectateurs, la pièce remporte un vif succès !

Mon avis : Oscar du meilleur scénario pour Mel Brooks, son 1er film révéla Gene Wilder qui fut nommé pour l’oscar du meilleur second rôle masculin. Cette comédie féroce sur les coulisses de Broadway, inspiré par l'expérience de Mel Brooks qui à l'époque travaillait lui-même comme producteur à Broadway ne fut pas facile à monter. Le titre original "Spring time for Hitler" effraya certains studios. Mais à force de persuasion, Mel Brooks réussi à faire aboutir "Les Producteurs", une comédie écrite, réalisée et composée (pour la musique) par lui-même. Dans les "Producteurs" le style Mel Brooks est déjà très marqué, le ton parodique, l'Allemagne Nazie ridiculisée, un humour parfois un peu lourd mais efficace et la touche Broadway bien sûr, car un film de Mel Brooks c'est toujours une chanson ou un passage musical ! Si "Les Producteurs" lança la carrière du réalisateur au cinéma, sa rencontre avec Gene Wilder fut également très importante, car le duo Mel Brooks/Gene Wilder se retrouva ensuite sur deux films, peut-être les meilleurs du réalisateur, "Le Shérif est en prison" et "Frankenstein Junior".
 

Mel Brooks – Les années 80
La Folle Histoire de l’espace (Spaceballs)
Date 1987
De Mel Brooks
Avec : Rick Moranis, Bill Pullman, John Candy, Mel Brooks, John Hurt

Folle-histoire.jpg

Synopsis : Aidé du sombre Casque Noir, le Président Skroob décide de s'emparer de l'atmosphère de la pacifique planète Druidia. C'était sans compter l'intrépide Lone Starr et son fidèle Barf, la princesse Vespa et son droïde Dot Matrix, et le mystérieux Yogurt, grand maître du "Schwartz"...

Mon avis : Les années 80 sont pour Mel Brooks celles des grosses parodies avec « La Folle histoire du monde » et « La Folle histoire de l’espace ». Moins fin qu’à ses débuts (avec Mel Brooks le mot finesse est de toute façon extrêmement relatif...), le réalisateur n’hésite pas à sombrer un peu trop souvent dans une certaine lourdeur. C’est le cas pour cette parodie de « Star Wars », truffée de références à une multitude de films comme « Alien » ou « La Planète des Singes ». Comme à son habitude Mel Brooks a soigné l'aspect visuel et respecte infiniment l’original. Quelques gags tombent à plat avec un coup de mou vers le milieu du film, mais les bonnes idées et les trouvailles sont légions, comme ce passage énorme où Lord Casque Noir visionne la cassette vidéo de « La Folle Histoire de l’espace »  pour découvrir où sont cachés ses ennemis… C’est gros, c’est parfois gras mais souvent drôle et culte pour beaucoup, et si dans les années 80 ce sont les ZAZ qui ont pris le pouvoir de la parodie avec « Airplane » ou « The Naked Gun », Mel Brooks leur rappel avec « Spaceballs » qu’il est toujours là !

 

    
Mel Brooks - La voix

MV5BNDU5MzE1OTk4NV5BMl5BanBnXkFtZTYwNzY3OTM3__V1__SX485_SY6.jpg

Mel Brooks, c’est d’abord une voix, rocailleuse et gouailleuse, un timbre reconnaissable entre tous, qu’il a mis au service de ses films et de ses chansons, mais également de l’animation. On a pu l’entendre en Mr Toilet Man dans « Allo maman c’est encore moi » en narrateur de son court-métrage « The Critic », doublant son double dans « Les Simpson », en président Yogurt dans la série animée « Spaceballs : The Animated Séries » et en voix de Bigweld dans "Robots". Au début des années soixante, il écrit et enregistre avec Carl Reiner l'album "The 2000 Year Old Man", album culte nommé deus années de suite au Gammy Award du Meilleur Sketch. Grammy Award qu'il remporte en 1998 pour la suite enregistrée en 1997 "The 2000 Year Ols Man in the Year 2000"



Mel Brooks – Broadway
The Producers
Date : 2001
Music, Lyrics and Book : Mel Brooks
Avec Matthew Broderick et Nathan Lane

       
Produceurs musical

Synopsis : Un producteur de Broadway, mis au courant d'une arnaque comptable, décide de s'allier au timide comptable qui l'a tuyauté. Les deux escrocs, qui n'ont pas un sous vaillant, décident de monter la pire comédie musicale : Un printemps pour Hitler ! Pour y parvenir, ils auront affaire, en plein New York, à des vieilles dames cinglées, à un nazi taré, à des homosexuels déjantés et à une Suédoise nymphomane. Contre toute attente, leur pièce satirique sera un succès. Pour cette raison, ils auront maille à partir avec la justice.

Mon avis : En 2001 Mel Brooks adapte son film de 1968 « Les Producteurs » en musical pour Broadway. En véritable chef d’orchestre, il écrit le livret et les chansons (paroles et musiques) du show. Pour remplacer les acteurs du film, Gene Wilder et Zero Mostel, c’est Matthew Broderick et Nathan Lane qui sont engagés. Le musical est un triomphe, de Broadway à Londres ils amassent les récompenses avec douze Tony Awards et 3 Laurence Olivier Awards. Le succès est tel qu’une adaptation cinématographique produite par Mel Brooks de la comédie musicale écrite par Mel Brooks et inspirée du film de Mel Brooks verra le jour en 2005. (La boucle est bouclée…). En 2006 il retentera l’expérience en adaptant « Frankenstein Junior » pour Broadway. Malgré les nombreuses qualités du spectacle, le succès est plus mitigé.En 2011 « Frankenstein Junior » a d’ailleurs été monté à Paris par LV Show.



Frankenstein Junior8 Crédit Yann Rossignol 
"Frankenstein Junior" le Musical en 2011 à Paris



Mel Brooks – Le rappeur
La folle Histoire du Monde
Date 1982
De Mel Brooks
Avec Mel Brooks, Madeline Kahn, Dom DeLuise, John Hurt, Orson Welles

Folle-histoire-du-monde.jpg
   
Synopsis : L'histoire du monde selon Mel Brooks, de l'Age de Pierre à la Révolution française.

Mon avis : Narré par Orson Welles en personne, cette folle histoire du monde scénarisée, réalisée, jouée, mise en musique et produite par Mel Brooks n’est certes pas son meilleur film, il alterne le très bon comme les quinze commandements ou le passage génial de l’inquisition façon broadway, et le nettement moins bon comme l’Empire Romain et la révolution française où l’humour se fait particulièrement lourd. La petite spécificité du film, c’est une phrase, « It’s Good to Be the King », dont Mel Brooks fera une chanson paru en single en 1981 et qui rencontra un certain succès aux Etats-Unis et dans le monde. En France il s’est vendu à 375000 exemplaires. La légende dit qu’il s’agit peut-être de l’un des 1ers morceaux raps de l’histoire ! Sacré Mel Brooks… it’s good to be the king.



Pour terminer, un petit hommage à Mel Brooks, un "Musical Tribute" de 2010 en présence du réalisateur... action !
 

 
    
  
 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents